logo Le Temps
Le Temps a 20 ans

07La Suisse,
laboratoire politique

— Dès le 15 octobre

Notre système politique, fait de fédéralisme et de démocratie semi-directe, fonctionne et la population y est attachée. Certaines difficultés n’en sont pas moins patentes, qui, à défaut de solutions, seront sources de frustrations croissantes.

La septième et dernière cause défendue par «Le Temps» en cette année anniversaire part d’un constat nuancé: la Suisse peine à mener à bien de grandes réformes, tandis que la classe politique est prise de vitesse par la société civile. Les partis semblent tourner en rond, et l’irruption du numérique stimule la démocratie directe, au risque de déséquilibrer la fine machinerie helvétique.

Pour aller de l’avant, la Suisse doit s’efforcer d’être, de rester un laboratoire politique. Génie du fédéralisme, les nouvelles idées peuvent être testées au niveau communal ou cantonal avant d’être étendues au reste du pays. La transparence, la représentativité, les difficultés des petites communes ou la participation citoyenne sont autant de domaines où il faut innover et que nous allons thématiser.

Nous organiserons aussi plusieurs événements, dans le but de favoriser les échanges entre politiciens passionnés et jeune public, nouveaux citoyens ou sur le point de l’être.

  • Nuria Gorrite:
    «Ne laissez pas les autres
    décider à votre place

    Nuria Gorrite face aux gymnasiens, le lundi 12 novembre 2018. © Nicolas Brodard pour Le Temps

    La présidente du gouvernement vaudois a rencontré lundi près d’une centaine d’élèves du Gymnase intercantonal de la Broye.

      Lire l'article

  • Un visage,
    un combat

    Armin Capaul en compagnie de l’une de ses vaches à Perrefitte, dans le Jura. © Fabrice Coffrini/AFP Photo

    Dans notre système politique, des individus peuvent une idée jusqu’à ce qu’elle aboutisse au vote du peuple suisse, en marge, voire en dépit de la classe politique. Portraits de personnalités qui ont fait bouger les choses.

    > Dimitri Rougy, activiste de campagne
    > Armin Capaul, l’ambassadeur des bêtes à cornes

  • La réponse de Winterthour
    aux extrémismes

  • Trois jeunes qui s’emballent
    pour la politique

    Les ados ne s’intéressent pas à la politique, dit-on. Pourtant, chaque année, 200 d’entre eux se mettent dans la peau de parlementaires lors de la Session des jeunes. Portraits.

      Lire l'article

  • Neuchâtel, la ville contre les pailles

  • Mon syndic, ce héros

  • Un tsunami de démissions mine les petites communes romandes

  • Comment lutter contre l’abstentionnisme? Les sept remèdes de nos lecteurs

  • Parlement de milice et rémunération, la redoutable équation

  • Testez votre connaissance
    de la politique suisse

  • Des rencontres en prison
    pour soigner les victimes

  • La Suisse auscultée
    par des journalistes d’ailleurs

  • A Glaris, l’étonnante modernité
    de la Landsgemeindes

  • Ce qui ne marche plus
    dans le système politique suisse

  • «Les grandes réformes sont à la peine,
    mais je ne serais pas trop pessimiste»

  • Journaliste responsable du dossier au Temps
    Yelmarc Roulet @YelmarcR